Les activités > la stratégie de bassin

l'ouvrage de Montigny-sous-Marle

Suite aux crues de décembre 1993, novembre 2002 et janvier 2003, qui ont fait de nombreux dégâts sur les communes de la vallée de la Serre, le Syndicat intercommunal d'aménagement et de gestion de la Serre aval a lancé une étude visant à lutter contre les inondations.

Un site propice à la réalisation d’un aménagement d’écrêtement des fortes crues de la Serre a été identifié sur la commune de Montigny-sous-Marle en amont de la zone de compétence du syndicat. Ce dernier a alors sollicité l’Entente Oise-Aisne qui, avec le soutien du Département de l’Aisne, s’est portée maître d’ouvrage du projet.

La phase d’étude et de concertation a débuté en 2008. Le choix du site s’est effectué au vu de différents éléments tels que le volume de stockage nécessaire et la possibilité de gérer la confluence entre la Serre et le Vilpion en amont de Marle. L’aménagement consiste en la réalisation d’une digue et d’un ouvrage de régulation avec un vannage sur la Serre. Cet aménagement est prévu pour fonctionner pour des crues de périodes de retour comprises entre 10 et 30 ans (il serait donc activé en moyenne une année sur dix). On dénombre 14 communes directement bénéficiaires de l’aménagement sur la Serre de Marle à Anguilcourt-le-Sart. A plus grande échelle, il aura une influence bénéfique sur les crues de l'Oise, et donc pour les communes du TRI de Chauny-Tergnier-La Fère.

L’analyse coût-bénéfice (ACB) a démontré l’intérêt économique du projet.

L'ouvrage (à gauche); image de synthèse.
L'ouvrage (à gauche); image de synthèse.

La déclaration d'utilité publique du projet a été signée le 19 décembre 2014, par le préfet de l'Aisne. Les terrains d’emprise ont été acquis par l’Entente à l’amiable. Des fouilles archéologiques ont été réalisées de mai à septembre 2017, par le service d’archéologie préventive du Conseil départemental de l’Aisne.

La construction de l’ouvrage va s'étaler de mai 2018 à décembre 2019. Les travaux bénéficieront d’une subvention de l’Europe (FEDER, 10%), de l’Etat (FPRNM — fonds Barnier, 40%) et des régions d'Ile-de-France (16,2%), Hauts-de-France (8,1%) et Grand Est (5,7%).

Un dispositif d’accompagnement des agriculteurs est mis en place afin de limiter l’impact de l’aménagement sur les activités agricoles. Des propositions ont été formulées et les échanges se poursuivent en collaboration avec la profession agricole (Chambre d’agriculture et Union des syndicats agricoles de l’Aisne) afin d’aboutir à un protocole d’accord.

 

Retrouvez toute la documentation disponible relative à ce projet dans notre fonds documentaire.

Ce projet est cofinancé par le fonds européen de développement régional