· 

Connaître les effets dominos des inondations

L’Entente Oise-Aisne organisait le 9 février un premier comité de pilotage concernant le diagnostic global de vulnérabilité aux inondations de la vallée de l’Oise. Sous ce nom peu évocateur, cette démarche vise à un examen des conséquences directes et indirectes des inondations sur les enjeux des territoires (bâtiments, infrastructures), sur ses composantes et activités (économiques, sociales, patrimoniales …) et sur le fonctionnement des territoires face à l’effet d’une crise majeure. Le périmètre de l’étude est composé des quatre territoires à risque important d’inondation (TRI) du bassin de l’Oise depuis les TRI de Chauny-Tergnier-La Fère, de Compiègne, de Creil, et du Val d’Oise, auquel ont été ajoutées les collectivités riveraines à l’Oise non présentes dans un TRI. 

L’étude, intégrée au PAPI d’intention de la vallée de l’Oise, viendra répondre à de nombreuses questions traitant des problématiques de la sécurité des personnes et de la gestion de crises ; des dommages occasionnés selon l’intensité des crues ; et notamment ceux relatifs aux réseaux techniques prioritaires (électricité, télécommunications, transport) et les dysfonctionnements occasionnés : Outre la connaissance des secteurs inondables selon les différentes crues, il s’agira aussi de déterminer les zones de fragilité aux réseaux touchées par les "effets dominos", c’est-à-dire les secteurs qui subissent des dysfonctionnements consécutifs à la dépendance à des infrastructures techniques, sans pour autant être directement inondés. A titre d’exemple, de nombreux équipements sont dépendants du réseau électrique, et l’arrêt d’alimentation d’un poste électrique peut entraîner des perturbations sur les activités d’un territoire.

Un inventaire des démarches déjà initiées à l’échelle des départements de l’Aisne, de l’Oise et du Val-d’Oise a été dressé avec la présentation des cartographies des secteurs affectés par des coupures de réseaux. Aussi, après une phase de collecte des données déjà existantes transmises par l’Entente, le bureau d’études Artelia, mandaté pour cette étude, aura pour mission de capitaliser et de structurer les informations auprès des acteurs (phase 1). Egalement un travail de co-construction sera proposé aux opérateurs de réseaux relatif à la vulnérabilité de leurs équipements afin d’alimenter les réflexions suivantes : quels secteurs seront privés d’électricité ? quels sont les risques de pollution des champs captants et de coupure de l’eau potable ? quelle saturation des réseaux d’assainissement ? quelles perturbations des transports et quels risques de rupture du service public ? quelle paralysie de l’activité économique ? 

Ces réflexions seront partagées avec les représentants des différents territoires et partenaires du PAPI afin de co-construire les préconisations d’aménagement et d’organisation dans la perspective du PAPI complet. A titre d’exemple, les champs d’application des rendus de l’étude auront vocation à nourrir les documents de gestion de crise aux échelles communales, et intercommunales, également d’apporter des éléments utiles lors de la construction des documents d’urbanisme (SCOT ou PLU par exemple), en concertation avec les élus locaux. La première phase de l’étude est axée sur la mobilisation des acteurs et des informations relatives aux réseaux techniques se déroulera lors du 1er semestre 2021. Un nouveau point d’étape est prévu avant l’été 2021.